Albert Cabestany , l'interview

22/10/2020 il y a 36 jours

 

Après son deuxième titre consécutif en E Trial , interview d'Albert Cabestany par Trial GP :

Photo FIM Pep Segales

C’est en  1997 qu’a commencé la carrière d’Albert Cabestany en championnat du Monde , la même année où Dougie Lampkin remporte le premier de ses sept titres consécutifs.

 À peine trois ans après ses débuts, il a remporté sa première victoire en TrialGP et a ajouté huit autres victoires à son total - pas un mauvais bilan pour quelqu'un dont toute la carrière a été passée à rivaliser avec des légendes du Trial comme Jordi Tarres, Lampkin, Adam Raga et Toni Bou.

En 2002, Albert a mis fin au règne de six ans de Lampkin en tant que Champion du Monde FIM de X-Trial et de 2004 à 2016, il n'a jamais terminé en dehors des cinq premiers du classement TrialGP.

En 2019, Albert est passé à l'électrique, remportant la Coupe FIM TrialE pour Gas Gas et il l'a fait deux fois de suite cette fois-ci après un combat acharné et serré avec Gael Chatagno qui a été arbitré par un point du règlement( en cas d’égalité le meilleur résultat de la dernière épreuve donne la victoire à son auteur).


TrialGP: Tout d'abord, félicitations pour avoir conservé la Coupe FIM TrialE - qu'est-ce que ça fait d'être pour la seconde année consécutive champion du Monde ?
Albert Cabestany: «Merci beaucoup ! Bien sûr, le sentiment est fantastique et pour de nombreuses raisons. D'une part, je suis le premier pilote de TrialE à avoir  deux titres consécutifs,donc ça fait du bien. De plus, devenir  champion de cette manière - avec tant de pression lors des deux dernières épreuves où  je n’avais qu’une alternative, gagner les deux manches  pour devenir champion du monde - ça donne un goût fantastique. Cela a été très difficile avec un gros prétendant qui s’est battu également pour le titre.

TrialGP: Pour beaucoup de gens, vous avez commencé la saison comme un favori incontestable - à quel point cela a-t-il été un choc d'être battu par Gael par deux fois en France?
Albert Cabestany: «Eh bien, nous savions que cela pouvait arriver. Les prétendants sont si forts. Gael est un coureur qui a récemment remporté une manche en Trial2, il est donc clair qu'il a plus que suffisamment de talent pour parcourir les sections TrialE. L'important est qu'après la France, au lieu de se lamenter, l'équipe a poussé plus fort que jamais et tous les membres ont donné 100% pour atteindre l'objectif de gagner les deux jours en Italie et devenir champions du monde un an de plus.

TrialGP: Vous avez dû garder votre sang-froid en Italie et vous êtes devenu un digne gagnant. Avez-vous ressenti une pression avant le dernier tour?
Albert Cabestany: «Bien sûr, je l'ai ressenti. Je suis humain! Mais je savais ce que je devais faire - rester concentré tout le temps et éviter les erreurs stupides. Nous savions tous que le gagnant aurait un score faible, donc il n'y avait pas de place pour l'erreur. Je suis content parce que j'ai très bien géré la situation et j'ai roulé très bien tout le temps.

TrialGP: Vous avez mentionné dans une interview que vous avez travaillé dur avec Gas Gas après le TrialGP français pour améliorer la moto - est-ce un processus constant de développement avec la moto électrique?
Albert Cabestany: «L'équipe a fait un travail fantastique en moins d'un mois. Jose et Chema ont vraiment travaillé très bien et avec précision - ce n'était pas facile car les choses devaient être suffisamment testées pour que nous sachions que lla moto fonctionnerait bien tout le week-end. Je pense qu'ils peuvent être fiers de ce qu'ils ont fait - je le suis! Donc 50% de ce championnat est grâce au travail d'équipe!

TrialGP: Est-il trop tôt pour parler de 2021 ou êtes-vous déjà concentré sur la victoire d'une troisième couronne TrialE?
Albert Cabestany: «Je pense qu'il est trop tôt et je ne suis pas sûr de ce qui va se passer. J'ai de nouveaux objectifs en tête et je ne suis pas sûr qu'ils seront compatibles avec la défense de la couronne TrialE. Nous verrons ce qui se passera dans les semaines et les mois à venir.

TrialGP: La moto électrique nécessite- t-elle une nouvelle technique par rapport à une machine à essence et sont-ils très différents à piloter ?
Albert Cabestany: «Nous travaillons dur pour  rendre la conduite aussi similaire que la moto thermique et cela fait partie de la magie de voir comment ce projet évolue. Chaque fois qu'il y a une sensation plus naturelle, semblable à celle d’une moto thermique, cela signifie que nous allons dans la bonne direction. Une fois cet objectif atteint, on pourra aller encore plus loin ! »